‘Coworking’ : un nouveau phénomène

Vous avez probablement déjà entendu parler d’un nouveau style de travailler qui se fait remarquer autour du monde ; celui du ‘coworking’. Il s’agit d’un type d’organisation de travail : l’espace est partagé, mais le travail ne l’est pas ; autrement dit, on se regroupe avec d’autres professionnels  pour travailler ensemble, mais sur vos propres projets. En outre, les coworkings sont souvent ciblés à un domaine particulier, donc ils attirent des personnes des mêmes sensibilités, ainsi créant un environnement à la fois indépendant et collaboratif. Alors, quels sont les avantages de travailler en coworking ?

  • Le concept se base sur l’idée qu’on se nourrit de la synergie entrainé par un espace de travail partagé ; il y a de fortes chances que vous serez beaucoup plus motivé et énergétique en compagnie d’autres qui partagent vos objectifs, ou même ceux qui sont simplement travailleurs.
  • Beaucoup d’entre eux agissent comme un café au même temps, où vous avez le droit de thé ou café illimité compris dans le tarif horaire. Bien qu’il semble être quelque chose de superflu, ce sont des petits coups de pouce qui vous motivent, ainsi rendant votre travail plus créatif et plus intéressant.
  • Les coworkings fournissent une solution idéale pour les travailleurs indépendants tels que les journalistes ou les traducteurs, par exemple, qui veulent éviter l’isolation de travailler tout seul chez soi. Ces professions, traditionnellement solitaires, peuvent provoquer un dilemme pour les personnes plutôt sociables mais qui se sentent quand même attirés par ces domaines de travail – le coworking est venu à leur secours !
  • Le coworking vous présente une opportunité de faire des rencontres que vous n’auriez pas chez vous. La personne à côté pourrait être votre nouvel associé, ou même un ami proche ! Qui plus est, vous n’aurez jamais être obligé à déjeuner seul lorsque vous êtes entouré par d’autres coworkers.
  • Si vous travaillez en freelance chez vous, vous avez probablement du mal à séparer votre travail de votre vie personnelle. Voilà encore une solution fournie par le coworking ! La distinction des espaces entraine aussi une distinction entre les deux parties de votre vie.
  • Un avantage un peu banal mais néanmoins important est que vous n’aurez jamais à faire face aux problèmes techniques, puisque c’est la responsabilité du propriétaire de l’espace. Alors vous pouvez dire au revoir à être mise en attente par les hotlines et continuez à vous concentrer sur l’important.

Voilà pourquoi vous les freelancers devriez considérer la possibilité de travailler en coworking. Ou, si vous avez marre de travailler en freelance, nous pouvons vous aider à trouver votre nouvel emploi ! Démarrez votre recherche de travail en consultant nos offres, et si vous avez aimé ce blog vous pouvez lire plus ici.

Pourquoi, et comment, travailler à l’étranger ?

L’idée de travailler à l’étranger est assez effrayante,  vu qu’il faut laisser son pays, sa culture et sa famille derrière et se mettre en route pour une destination inconnue. Pourtant, les avantages l’emportent sans doute sur les peurs, et dès que vous partirez à l’étranger vous commencerez à voir à quel point cette expérience peut vous bénéficier, d’une façon personnelle et également quant à votre carrière. Voici des conseils et des raisons pour lesquelles vous devez faire vos valises maintenant !

Alors, vous avez choisi votre pays d’accueil, vous connaissez peut-être un peu de la langue locale, et si vous avez la chance vous avez même trouvé un travail. Premier conseil : savoir auparavant les possibles difficultés que vous pourriez rencontrer (désolé, il y aura surement des difficultés où que vous alliez !), ainsi elles ne vous embêteront pas autant. Que ce soit une gaffe linguistique ou des difficultés à trouver un logement, vous allez franchir les obstacles avec une mentalité positive, sachant que tout fait partie de l’expérience.

Bien installé dans votre nouveau pays, vous pouvez commencer à profiter des nouvelles expériences qui vous sont désormais disponibles. Si vous visez apprendre la langue ou pas, c’est le moment de connaître les gens du coin et en leur parlent vous allez vraiment  découvrir la culture du pays. Certes, ils font les choses d’une manière un peu différente, ce qui peut vous paraître bizarre, mais ces différences font intéressante la vie. Vous deviendrez beaucoup plus ouvert d’esprit en adoptant quelques coutumes locales, tout comme la sieste en Espagne ou prendre du thé en Angleterre, et en plus ça pourrait vous plaire –  qui n’aimerait pas passer une heure en dormant chaque après-midi ? S’il  s’agit d’un séjour linguistique, insistez pour parler le plus que possible, sans avoir recours à votre langue maternelle… Oui, je parle à vous les anglophones ! Vous allez découvrir que, bien qu’on ait des petites particularités, les personnes ne sont pas si différentes.

Du point du vue du travail, la barrière linguistique peut provoquer des soucis . Si vous ne vous sentez pas confiant en parlant la langue, le conseil le plus important est de restez calme – n’oubliez pas que votre patron vous a embauché en raison de vos compétences et parce que vous êtes capable d’effectuer l’emploi. Ce n’est pas grave s’il faut demander à quelqu’un de répéter 4 ou 5 fois, mieux vaut faire ainsi que mal comprendre une instruction. Peu à peu, vous trouverez que vous êtes capable de parler, et que vous apprenez le vocabulaire spécifique à votre poste. Finalement, venir travailler à l’étranger vous rend attractif auprès des recruteurs, témoignant votre détermination ainsi que votre capacité d’adaptation.

Voilà pourquoi vous devez partir à l’étranger dès que vous avez l’opportunité. Vous n’avez rien à perdre, parce que votre pays vous attendra toujours si la vie à l’étranger ne vous plait plus et qui sait, il se peut que votre pays d’accueil vous plaise encore plus que votre pays d’origine !  Si vous avez aimé ce blog, vous pouvez lire plus ici, et n’hésitez pas à consulter nos offres d’emploi.

Things You Should Know Before Moving to France

France is undoubtedly an excellent place to live, blessed with a rich cultural heritage, a beautiful language, varied and interesting landscapes and of course a world famous cuisine. What else would inspire so many Amelie-esque dreams of a new life in Paris or perhaps Provence amongst Francophiles worldwide? The romantic image of hopping on your vintage bike to a local boulangerie to pick up a fresh baguette, all the while clad in Breton stripes, is fairly prevalent. But inevitably there are hurdles to overcome when moving to any foreign country, be they cultural, linguistic or simply practical. Here are some things we think you should know so that you can truly make the most of your time in France!

  1. Don’t expect much to work on a Sunday. This naturally depends on where you live, as you probably won’t face much difficulty in Paris, but in more rural areas you may find yourself unable to buy food on a Sunday, as most shops will shut down for the entire day. Take a little time to plan ahead, buy your groceries on Saturday and see this as a blessing – in France, Sunday truly is a day of relaxation.
  2. Cast off your prejudices about French rudeness before arriving. This can actually be a self fulfilling prophecy: if you’re defensive around the French from day one then you’re unlikely to find them to be warm and fuzzy. Admittedly you’re likely to come across a few stony faced individuals behind guichets, but don’t let this get to you. The vast majority of French people are polite and accommodating in everyday situations, provided you greet them with a smile and a bonjour!
  3. This is perhaps only applicable to Paris, but if you’re coming to improve your language skills, make sure you are absolutely insistent on speaking French. Parisians, particularly in more touristic areas, will readily switch to English as soon as they spot an error in your French. The simple fact is that it’s usually a lot easier to communicate with tourists of whatever origin in English, and many will jump on an opportunity to practise English. Persist in French and most of the time they will quickly swap back.
  4. Be aware that making friends is a little different in France, and can take longer. You might find the French to be a little overly formal with their acquaintances at first; you just have to have a little patience. Once a French person has warmed to you, you will struggle to find a more loyal friend.
  5. Prepare yourself for French bureaucracy. This one is unavoidable, and there’s no sugar coating the fact that French paperwork is a bit of a nightmare, with what feels like endless signatures and attestations to provide. Remember that France also offers some of the world’s best social care, and that jumping through these loops is simply part and parcel of that. Take a deep breath and laisse tomber!

So now you’re prepared to live out your Francophile dreams! France is a wonderful country that, like any other, presents a unique set of challenges. An awareness of the challenges you may face will allow you to better enjoy those moments sipping a café au lait en terrasse. If you enjoyed this blog, you can see more of the same here, and don’t forget to consult our job offers for bilingual assistants in Paris.

L’Elevator pitch… C’est quoi exactement ?

C’est l’anglicisme qui est entré en vigueur dans la langue française quand on parle du recrutement.  Mais, savez-vous ce qu’il en est précisément ?  Bref, c’est un micro discours de deux minutes ou moins qui vous permet de vous présenter aux gros bonnets que vous rencontrez par hasard, soit dans l’ascenseur ou soit dans le métro, avec l’objet de décrocher une prochaine rencontre professionnelle.

Son nom, elevator pitch, fait référence à la durée du temps qu’on passerait dans l’ascenseur et qu’on aurait pour se présenter à quelqu’un.  Auparavant, ce petit discours était uniquement réservé aux entrepreneurs qui cherchaient à promouvoir leur produit aux investisseurs potentiels.  Mais aujourd’hui, alors que les gens sont considérés de plus en plus comme des produits et que l’on parle souvent du personal branding, ce discours sert un but additionnel : vendre ses attributs personnels.  L’importance d’être toujours prêt à se lancer dans ce mini speech n’a jamais été si urgente.  Mais comment réussir votre elevator pitch ?  Voilà plusieurs astuces…

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

Il est bien connu qu’il n’est pas toujours facile de parler de soi.  Pour vous empêcher de bafouiller au moment critique, il faut faire le bilan de votre discours bien en avance et vous entraîner à le prononcer aux autres.  Soyez capable de résumer votre carrière à ce jour, misant l’accent sur vos réussites mais sans donner l’impression d’être vantard.  Il faut tenir compte du fait que cette personne que vous venez de rencontrer n’a pas demandé un entretien avec vous, c’est juste un petite rencontre à fort potentiel.  Donc soyez concis et captivant.

Semblez naturel

Bien que vous ayez préparé ce que vous allez dire en avance, il est toujours important d’être naturel.  Si votre parole paraît scolaire, vous courez le risque de ne pas sembler sincère, ou pire encore, d’embêter votre interlocuteur.  Certes, identifiez les points à inclure mais improvisez aussi.  C’est l’équilibre très difficile à atteindre…

Enfin l’aspect controversé

Certains gens recommanderaient que vous ajoutiez une note personnelle afin de capter l’attention de votre interlocuteur et pour qu’il se souvienne de vous.  Pourtant, bien que votre rencontre ne soit pas un entretien formel, limitez votre conversation à la sphère professionnelle pour ne pas faire mauvaise impression.

Toutes choses considérées, il faut être toujours prêt à prendre la parole et faire du charme à chaque instant.  Après tout, on ne sait jamais qui on pourrait rencontrer dans l’ascenseur !

Si vous avez apprécié ces conseils, alors n’hésitez pas à consulter les autres articles de notre Blog ici et pourquoi pas, nos offres actuelles ?

How would TMI answer “What’s your greatest weakness”?

It’s the one question which leaves candidates flummoxed.  How to comment on your flaws without undermining your interviewer’s impression of you?  With this in mind, TMI had a brainstorm in the office about how we would answer that thorny question guaranteed to be on your interviewer’s lips.

Firstly, what NOT to say…

If your immediate reaction was to respond with one of the following; “I’m a perfectionist”, “I work too hard” or “I pay too much attention to detail”, you’re guilty of falling into a classic trap.  While you probably thought you were being clever researching ‘ideal interview answers’ on the internet the night before, just remember that so did the other candidates that you’re battling against.  It’s preferable to think of a more personal response which demonstrates to the interviewer that you have considered his/her question and that you have the ability to be self-reflective.

What’s more, if interviewing for a secretarial/assistant position, steer clear of these so-called ‘fail-safe’ answers because they might actually backfire on you.  Your interviewer is looking for somebody efficient who can work to tight deadlines, so saying any of the above might imply that you are a slow worker.

Instead, identify an area of personal development…

A good way to tackle the question is to mention a current goal that you are working towards.  For example: you weren’t proficient at using a certain type of software at work, which cost you time, and so you took an online course.  While this might highlight that you are not the most technologically-savvy, it does illustrate that you consider your personal development to be a priority, which is always a desirable quality in a candidate.  Approach with caution, however!  Obviously, if you are applying for a job as Communities Manager, mentioning any weakness regarding technology is not going to stand you in the best stead.  It is hence essential that the weakness you describe is not a fundamental skill in your line of work.

Turn a negative into a positive

If you’ve scoured careers websites, you’ll have noticed that the following advice from HR experts is unanimous: turn a negative into a positive.  The danger with this tactic is that your response can come across as contrived.  A way to apply this approach more effectively is to complement it with a concrete example of when your weakness turned out to be an asset.  A flaw could be that you spend a long time on a task but this means that your work is accurate.  To make this answer count for more, be sure to mention the time that you were analysing the company accounts and you spotted a crucial error, saving the company ‘x’ amount of money.

Throw a curve-ball…

One of the TMI consultants once answered with “I have a really bad sense of direction”. While this might not be directly relevant to the workplace, it could steer the interview onto another topic of conversation. However, probably one best to avoid if you turned up late to the interview!

Finally, if you’re a recent graduate…

If you’ve recently finished university and have not worked before, you could mention that your lack of experience in this particular sector could be interpreted as a weakness.  You’re not actually revealing anything new because your interviewer has presumably already read your CV.  Make sure, nonetheless, that you combine this with how motivated you are to prove that this will not hold you back and that you have transferable skills.

All in all, our most crucial advice is not to fall into the trap of panicking and revealing a weakness that could work against you.  If you reflect on how you would answer the question in advance and have some examples up your sleeve, you will be in a better position to impress.

Did you find this article useful? Head over to our website for more useful tips.

Pourquoi Utiliser Un Cabinet De Recrutement?

 

Image

 

Avez-vous déjà passé des heures à chercher des postes en ligne et aux entretiens mal-adaptés à vous-même. Si votre réponse est oui, alors pourquoi ne pas profiter d’un cabinet de recrutement pour économiser votre temps et démultiplier vos chances pour trouver un poste bien adapté à vos souhaits et compétences

 

Optimisez votre temps

S’il est vrai que vous passez du temps auprès des cabinets au début de votre recherche (l’envoi du CV, l’entretien et les tests) ensuite le cabinet vous fait économiser votre temps. Une bonne agence de recrutement vous tiendra au courant dès qu’elle aura un poste bien-adapté à vos compétences. Vous ne perdrez plus votre temps avec les offres et entretiens qui ne conviennent pas à votre profil. Les cabinets de recrutement facilitent vraiment le processus et réduisent sensiblement le stress.

 

Pas de risque financier

Le service est totalement gratuit pour les candidats tout au long du processus. La rémunération d’un cabinet de recrutement est généralement basée sur un pourcentage de la rémunération brute donc les cabinets comptent sur vous, les candidats, pour leur envoyer votre CV.

 

Profitez des compétences des cabinets

Les meilleurs cabinets de recrutement sont plutôt contents de vous donner des conseils et du feedback sur votre candidature et CV. Ils assurent que vous êtes bien préparé pour chaque entretien en vous donnant une description du poste, des entreprises et ce que les entreprises attendent de vous.  Souvenez-vous qu’ils ont tous intérêt à vous trouver un poste et il y a un réel investissement et un engagement significatifs de leur part dès le début du processus.

 

Professionnalisme

Souvenez-vous que les cabinets de recrutement ont des années d’expérience  et une vision plus large du marché du travail.  Ils ont déjà des contacts et relations fortes avec les entreprises qui embauchent et comprennent bien quels candidats sont bien adaptés aux postes et aux entreprises spécifiques.

 

Flexibilité

Grâce à la bonne relation entre les cabinets de recrutement et les entreprises, c’est parfois possible de négocier les salaires.

 

Pour faire le bilan, un bon cabinet de recrutement sera toujours à vos côtés. Bien sur, il faut utiliser les agences ainsi que votre propre recherche, néanmoins cela peut être une façon efficace, simple et gratuite pour vous aider à améliorer votre candidature et trouver un emploi idéal.

 

Is Honesty The Best Policy?

Image

Have you ever lied in an interview or at work? The answer is probably. Basic human instinct is survival… therefore, exaggerating, omitting and embellishing the truth are often used to cut ahead of the rest in order to get hired or promoted. In an ideal world in which career progression were easy, honesty would of course be the best policy. But with youth unemployment at 22.8%[i] in France and promotions harder to come by, how much do you need to lie to survive in the recruitment process or is honesty really the best policy?

 

The CV

 

The first impression an employer gets from a candidate is their CV… it’s sink or swim!  It is not surprising that 53% of CVs contain falsehoods to survive this stage[ii].  These falsehoods may consist of made-up experiences or skills and even stretching dates of employment, resulting in a more employable and impressive candidate. But beware… whitewashing the truth on your CV rather than merely embroidering it is becoming more dangerous. There has been a recent rise in pre-employment screenings caused by the high demand for jobs; now candidates that have lied are being found out in the first round.

 

The Interview

 

The second impression that an employer gets in the recruitment stage comes from the interview. Candidates will primarily be asked about their CV and if they have not been honest they risk getting caught in their own web of lies and botching their interview.  Some questions, however, may require the candidate to exclude information and facts. Common interview advice is to avoid any negativity towards previous jobs. If asked “Why did you leave your previous job?” an honest reply such as “because I hated my boss…” is not an appropriate answer. Omission of the truth can often be essential in order to keep within the professional boundaries of an interview and to ensure a good impression is made.

 

The Workplace

 

Once in the workplace, careful attention must be paid. Lies are regularly used as a safety net to avoid punishment having made an error. Excuses such as “My alarm clock didn’t go off this morning” should be left in the playground as an apology is more effective in these menial cases. In more serious cases lying to cover up fatal errors or to put yourself ahead of anyone else is more treacherous. This can result in chronic lies causing paranoia and insecurities within the workplace until the truth eventually comes out. In fact, 15% of employees in today’s businesses have been caught lying while at work[iii]. Once found out as a liar the employee’s relationships and reputation will be permanently damaged and they risk losing their job.

Most bosses will be appreciative when told the truth rather than a cover up. Honesty is viewed as courageous whereas dishonesty is cowardice. Statistically, employees who told fewer lies had better relationships and smoother interactions within the workplace[iv]. An honest employee’s credibility and integrity speaks for itself, giving that person increased opportunities since the honest employee has proven themselves.  Furthermore, the peace of mind associated with a moral outlook in the office will result in higher productivity and happiness.

The Answer

In conclusion, there is far more to lose than gain from lying. When applying for a job it is understandable to want to present yourself in the most flattering light, especially in the current market. However, honesty is also highly valued and appreciated in the workplace and can be counted on as the best policy. The advice to give would be: Do not have a reason to be dishonest in the first place. Prove yourself to be a great candidate and employee on your own merit rather than lie and risk your reputation and job.

 

 Alternatively, lie your way to the top… just don’t get caught!

Comment rédiger un CV en anglais

Vous avez envie de travailler dans une entreprise anglophone ou à l’étranger ? Le CV (CV au Royaume-Uni, résumé aux Etats-Unis) est votre occasion pour faire bonne impression aux recruteurs et décrocher un entretien.  Bien que la structure d’un CV en anglais soit similaire, il y a des particularités qu’on doit noter.

Présentation générale / coordonnées

Comme dans un CV en français, vous vous présentez en haut du CV et cette section doit contenir :

  • Votre prénom et nom  – prénom avant le nom
  • Vos coordonnées (adresse, téléphone, email…)
  • Votre date de naissance, votre nationalité et votre situation familiale (seulement pour le Royaume-Uni. Ces informations sont interdites aux Etats-Unis à cause des mesures antidiscriminatoires)
  •  Il faut noter également qu’on n’ajoute jamais une photo sur un CV en anglais

Ex.

John Doe

Home address: 1 Made-up street, London N42 L73

Phone number: 41014015 (Home) 55247818 (Mobile)

Date of birth: 14th February 1973

British

Married

 

Formation

Ne mentionnez que les diplômes obtenus après le baccalauréat dans l’ordre anti-chronologique. Nous vous recommandons de fournir une information détaillée : matières, résultats obtenus, durée. Les systèmes éducatifs français et anglo-saxons ont quelques différences, donc il peut être difficile de trouver un équivalent. Voici quelques traductions pour vous aider :

Doctorat – Ph.D

Maîtrise – Master’s degree

BTS Assistant de Direction– Higher National Diploma (for executive assistants)

Licence – Bachelor’s degree

Education

2004-2005 Université Aix-Marseille, MA Human Resources

2000-2004 Université de Rennes II, Business Management and Modern Languages (English)

 

Expérience professionnelle

Commencez par l’emploi le plus récent et remontez dans le temps pour présenter vos expériences professionnelles les plus importantes.  Mettez bien votre titre en entier de chaque emploi, le nom de l’entreprise et les dates de début et de fin de mission.  Une particularité pour les CVs anglophones est de présenter vos responsabilités en détail, commençant chaque point par un verbe. Les américains ont une préférence pour voir les résultats atteints et donc il est important de donner des exemples chiffrés de vos plus importantes réalisations.

Professional Experience

Executive Assistant to CEO March 2000 –Present.  The Company, UK.

  • Provide administrative and business support to the CEO and support other members of the executive management team.
  • Maintain CEO’s calendar – plan and schedule meetings, teleconferences and travel.
  • Negotiated favorable terms and pricing agreements with resorts, vendors, caterers and other providers for service at special events, saving at least $50K annually.
  • Improved office efficiency by implementing color-coded filing system and introducing additional time-saving measures.

 

Executive Assistant to Marketing Director July 1996 –March 2000. The Company, UK.

  • Supported managing director and other members of the Marketing team
  • Handled accounts payable and receivable, prepared bank deposits, controlled inventory, and maintained equipment and technology.
  • Planned and coordinated PR initiatives, business development events, partner retreats, holiday parties and more.
  • Completed staff orientation seminars for approximately 30 attorneys, paralegals, legal secretaries and support staff.

 

Executive Assistant July 1994-July 1996. The Company, UK.

  • Processed monthly expense reports with supporting documents
  • Managed general manager’s appointments and travel arrangements
  • Handled general administrative duties

 

 

Compétences professionnelles et divers

La façon dont on décrit des compétences linguistiques est différente ; faites un jugement général et indiquez un score objectif si vous avez passé un test.  La rubrique des centres d’intérêts est bien plus lue dans un CV anglais qu’un CV français, donc décrivez vos activités extra-professionnelles : sports, loisirs, bénévolats etc.  C’est l’occasion pour démontrer votre personnalité et vous distinguer d’autres candidats.

Professional Skills

Microsoft Office : Word, Excel, Access, Powerpoint

French: Mother Tongue

English: Fluent language skills (IELTS 6.5)

Spanish: Conversational

 

Références

Une rubrique peu utilisée dans les CVs français, les Références forment la conclusion d’un CV en anglais. Indiquez les titres et les coordonnées de deux contacts professionnelles. Veillez à vérifier en amont que ces personnes sont d’accord prévenez-les s’elles risquent d’être contactées. Aux Etats-Unis, le commentaire « References upon request » est accepté.

References

Mr. Joe Bloggs CEO, The Company. 0125482863

Mrs. Jane Smith, Recruitment Consultant, The Recruitment Team. 0175247638

Un dernier point : vérifiez le format et faites relire votre CV par quelqu’un de langue maternelle anglaise si possible. Pour plus d’inspiration, consultez des exemples de CVs en ligne

Voila vous avez tout en main pour rédiger un excellent CV anglais !

Bonne chance !